L’évolution de la variole du singe en France et en Europe et l’arrivée des vaccins

Depuis mai 2022, une nouvelle pandémie fait son apparition en Europe : la variole du singe. Si les symptômes sont relativement bénins, il est toutefois primordial de protéger les populations. C’est pourquoi, les vaccins contre la variole du singe se développent. Dès juin 2022, les premières doses sont livrées sur le territoire européen. 

Qu’est-ce que la variole du singe ?

La variole du singe est une maladie transmise par l’animal à l’homme. C’est ce qu’on appelle une zoonose virale. 

Les symptômes sont  similaires à ceux de la variole : fièvre, toux, maux de tête et éruptions cutanées. Mais la gravité est plus faible. En effet, que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, aucun décès n’a été constaté par cette maladie. Cependant, les enfants et les personnes immunodéprimées présentent davantage de risques. 

 

Bien que les symptômes soient bénins, il est toutefois primordial de se soigner en cas de troubles. Pour cela, la souscription à une complémentaire santé reste indispensable. 

 

Au-delà de la gravité des symptômes, la variole du singe n’est pas très contagieuse. Il faut, en effet, un contact direct et proche avec le porteur. C’est d’ailleurs ce qui rend la chaîne de contamination facilement identifiable. 

Comment évolue la maladie en Europe ?

À l’origine, la variole du singe est présente en Afrique occidentale et en Afrique centrale. Cette maladie a été identifiée pour la première fois en 1958 dans un laboratoire. Les scientifiques ont alors déterminé deux souches : une première qui s’est développée en République démocratique du Congo et une seconde qui s’est développée au Nigeria. C’est cette seconde qui se propage aujourd’hui sur le territoire européen depuis le mois de mai 2022. 

 

Depuis cette date, plus de 2500 cas ont été signalés en Europe. Parmi les pays les plus touchés, on retrouve l’Espagne, le Portugal et le Royaume-Uni. Pour ce qui est de la France, le premier diagnostic positif est apparu le 20 mai 2022. À la fin du mois de juin, plus de 400 cas ont été recensés sur le territoire national. 

 

Si les symptômes sont légers, la variole du singe inquiète toutefois les scientifiques. Et pour cause, aucun lien direct n’a été constaté avec les pays dont la maladie est endémique. Il s’agit alors d’une transmission autochtone qui n’était pas prévue. 

Quand sont livrés les vaccins contre la variole du singe ?

Du fait de sa similarité avec la variole, le vaccin contre la variole classique est également efficace contre la variole du singe. Cependant, l’OMS considérait que cette maladie était éradiquée. C’est pourquoi, le vaccin a été supprimé dans les années 1980. Avec moins de personnes vaccinées contre cette épidémie, elle se propage plus facilement. 

 

Heureusement, le vaccin de 3e génération produit par Bavarian Nordic permet de lutter contre la variole du singe. Il est à la fois capable de prévenir la maladie, mais aussi d’en réduire les symptômes graves. 

 

Alors pour faire face à la pandémie, l’Autorité européenne de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA), créée en octobre 2021, a commandé plus de 100 000 vaccins contre la variole du singe. Les premières livraisons ont démarré le 28 juin 2022 en Europe.

 

Les doses seront ensuite livrées de manière progressive aux États membres, au prorata de leur population, mais aussi du degré de contamination. Cela permet à tous les pays de réagir dans les temps face à cette épidémie. 

 

C’est la première fois que le budget de l’Union Européenne est utilisé pour acheter des vaccins à destination des États de manière directe. L’idée est de mettre en place une UE beaucoup plus forte et réactive face aux menaces sanitaires. 

Cela a d’ailleurs été rendu possible par la pandémie du coronavirus. Les dirigeants européens se sont en effet rendu compte que la coordination entre les États était indispensable face aux pandémies qui ne connaissent pas de frontière. 

 

ARTICLES LES + LUS

Obtenez votre devis gratuit et personnalisé

OK