Projet de loi de finances de la sécurité sociale: ce qui change en 2023

Le projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023 a été adopté le 26 octobre 2022. L’objectif : maîtriser les dépenses de santé et les dépenses sociales, Alors qu’est-ce qui change ? Découvrez les réponses.

 

La prévention au coeur du projet de loi de finances de la sécurité sociale

 

Pour l’année 2023, l’accent est définitivement mis sur la prévention. Et ce, à plusieurs niveaux.

 

La santé sexuelle

 

Dès 2023, les dépistages sans ordonnance des infections sexuellement transmissibles seront possibles. Les patients pourront alors se rendre dans le laboratoire médical de leur choix pour détecter une éventuelle IST.
Mais attention, ce dépistage sans prescription médicale est payant, à moins que vous n’ayez moins de 26 ans. Pour ces derniers, il est totalement gratuit.

Outre le dépistage des infections sexuellement transmissibles, le projet de loi de finances de la sécurité sociale facilite également l’accès à la contraception d’urgence. En effet, celle-ci devient gratuite, même sans ordonnance.
Les femmes n’auront donc plus à payer pour une pilule du lendemain en pharmacie. Traditionnellement, cette mesure ne concernait que les mineures. Désormais, les femmes majeures pourront aussi bénéficier de la gratuité. Auparavant, elles devaient payer entre 3 et 7 € la pilule du lendemain.

Ces différentes mesures s’inscrivent dans la continuité des mesures précédentes. En effet, pour 2022, l’Assemblée nationale avait déjà prévu une prise en charge de la contraception jusqu’à 25 ans (et ce, sans avance de frais), ainsi que la gratuité du dépistage du VIH sans ordonnance.

 

Les rendez-vous de prévention

 

Pour renforcer la prévention en matière de santé, le PLFSS entend mettre en place des bilans santé aux âges clés de la vie d’adulte.

  • Entre 20 et 25 : il s’agit surtout d’un bilan informatif visant à faire le point sur l’activité physique du patient, ses éventuelles addictions et ses vaccins.
  • Entre 40 et 45 : ici, les médecins mettent l’accent sur les dépistages de maladies fréquentes, notamment le cancer. En particulier si le patient a des antécédents familiaux. En outre, l’hygiène de vie et la santé mentale sont également étudiées.
  • Entre 60 et 65 ans : là encore, des dépistages sont prévus, ainsi qu’une prévention pour éviter la perte d’autonomie.

 

La prévention contre le tabagisme

 

Après deux ans de stabilité, le prix des paquets de cigarettes va de nouveau augmenter et s’indexer sur l’inflation.
Il augmentera ainsi de 50 centimes en 2023, puis de 35 centimes en 2024. À l’issue de cette période, un paquet de cigarettes coûtera donc 11 €.

Si la hausse des prix peut avoir une incidence sur la consommation de cigarette, il s’agit surtout d’agir sur l’addiction. Pour cela, les fumeurs ont tout intérêt à suivre un programme de désintoxication. En sélectionnant une bonne complémentaire santé, ils pourront alors bénéficier d’un remboursement de ces cures.

 

La couverture vaccinale

 

Le projet de loi de finances de la sécurité sociale entend également favoriser l’accès à la vaccination. Pour cela, les pharmaciens et les infirmiers voient la liste des prescriptions vaccinales augmenter.
Cela permet ainsi d’améliorer la couverture des campagnes de vaccination, mais aussi de désencombrer les médecins surchargés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrir aussi

Le remboursement d’une cure de désintoxication

Une dépendance à une drogue, à l’alcool, aux jeux d’argent ou même à la nourriture…

Lire la suite >

Conseil santé : Qu’est-ce qu’une clinique mutualiste ?

Une clinique mutualiste est un établissement médical à but non lucratif créé et géré par…

Lire la suite >

Octobre 2022 : fin des remboursements des consultations à distance

Avec la pandémie du coronavirus et le respect des distanciations sociales, les téléconsultations se sont…

Lire la suite >