Carte Européenne d’Assurance Maladie : mode d’emploi !

Temps de lecture ≈ 6 minutes
Publié le 08/04/2024


À seulement quelques semaines des vacances estivales, qui riment bien souvent avec voyages, nous vous proposons de faire un focus sur la Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM). Nécessaire si vous séjournez dans l’Union européenne et si vous avez besoin de soins, cette carte vous permet de bénéficier d’une prise en charge médicale.

Qu’est-ce que la carte européenne d’Assurance Maladie ?

Comment ça marche ?

Utilisable à l’occasion d’un séjour temporaire dans un État membre, la carte européenne d’Assurance Maladie est une carte que vous pouvez utiliser quelle que soit la nature du séjour (linguistique, professionnel, vacances, etc.) et quelle que soit votre qualité au moment du séjour (étudiant, chômeur, travailleur, touriste, etc.) pour vous rendre dans un établissement de santé public.

Ainsi, si votre état de santé nécessite de recevoir des soins médicaux, vous pourrez bénéficier d’une prise en charge directement sur place, dans les mêmes conditions qu’en France (modalités, tarifs).

Combien de temps est-elle valable ?

Nominative et individuelle, à la différence de la carte vitale qui permet de rattacher les enfants à une seule carte, la CEAM est également délivrée aux enfants. Ainsi, pour un départ en famille, chaque personne doit être en possession de sa propre carte.

Délivrée gratuitement, la CEAM a une durée de validité de 2 ans. Cette durée de validité peut différer suivant le pays qui la procure. En Italie par exemple, cette carte est valable durant 6 ans, en République Tchèque, elle dure 10 ans et en Allemagne, elle peut être valide de plusieurs mois à plusieurs années.

Comment obtenir la carte européenne d’Assurance Maladie ?

Les démarches à effectuer avant le départ

Il est recommandé de demander votre carte européenne d’Assurance Maladie quelques semaines, voire mois, avant votre départ dans un pays membre : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède et la Suisse.

Dans le cas où vous ne pouvez obtenir votre carte avant votre départ, un certificat provisoire de remplacement d’une durée de validité de 3 ans vous sera remis.

Les différentes options pour obtenir la CEAM

Afin de partir l’esprit tranquille, votre carte européenne d’Assurance Maladie doit être réclamée auprès de la caisse d’Assurance Maladie dont vous relevez. Ainsi, si vous dépendez de la CPAM (régime général), vous pourrez faire votre demande directement depuis votre compte Ameli sur le site ameli.fr, par téléphone au 3646 depuis la France ou au (+33)1 84 90 36 46 depuis l’étranger ou bien sûr en vous rendez directement dans votre caisse d’assurance. Si vous dépendez du régime agricole, vous devez adresser votre demande à la MSA (Mutualité Sociale Agricole).

Les avantages de la CEAM

Un accès aux soins médicaux en Europe

La carte européenne d’Assurance Maladie présente l’avantage de pouvoir donner accès aux soins médicaux dans tous les pays cités plus hauts en cas de séjour temporaire. Vous n’aurez ainsi pas besoin de réaliser des démarches au préalable auprès de votre caisse de résidence ou encore de rentrer dans votre pays de résidence pour recevoir les soins dont vous avez besoin.

Attention toutefois, la CEAM n’est pas à considérer comme une assurance voyage privée. De fait, elle ne pourra en effet pas être valable en cas de rapatriement ou encore de sauvetage.

Prise en charge des frais médicaux et remboursements

En présentant votre carte européenne d’Assurance Maladie au prestataire de soins que vous rencontrez, les conditions de prestations (tarifs, modalités) seront en effet les mêmes que celles de votre pays de résidence habituel. Cette carte ne peut toutefois être utilisée que pour des soins médicalement nécessaires. Elle pourra ainsi couvrir les frais médicaux des maladies chroniques et/ou préexistantes mais aussi des grossesses et accouchements.

Enfin, si vous n’avez pas réclamé le remboursement de vos frais médicaux durant votre séjour temporaire, vous aurez, lors de votre retour en France, la possibilité de présenter vos factures et autres justificatifs à votre caisse d’Assurance Maladie qui se chargera des remboursements.

Conseils pratiques pour utiliser la carte européenne d’Assurance Maladie

Si vous prévoyez de partir prochainement pour un séjour temporaire dans l’un des pays listés plus haut, nous vous recommandons de vérifier la validité de votre CEAM avant votre départ si vous en possédez déjà une. Si tel n’est pas le cas, pensez à réaliser votre demande suffisamment en avance afin d’être assuré de la recevoir avant votre départ, surtout si vous prévoyez de partir plus de 3 mois.

En cas d’urgence médicale, quel que soit le pays de l’UE dans lequel vous êtes, n’hésitez pas à contacter le 112 (appel gratuit) depuis un portable ou un téléphone fixe pour appeler les secours.

Écrit par Lisa Nadji
Rédactrice en chef – Experte santé Profil Linkedin

Vos questions, nos réponses

Une complémentaire santé, aussi appelée mutuelle, est un contrat d’assurance qui vous permet de compléter les remboursements de la Sécurité sociale pour vos frais de santé. Elle peut prendre en charge tout ou partie des dépenses non remboursées, comme les soins dentaires, optiques, l’hospitalisation, etc.

Non, la mutuelle santé n’est pas obligatoire pour tous. Cependant, elle est fortement recommandée car elle permet de vous protéger financièrement en cas de dépenses de santé importantes.

Le tiers-payant est un dispositif qui vous permet de ne pas avancer les frais de santé lors d’une consultation chez un professionnel de santé. C’est l’Assurance Maladie et/ou votre complémentaire santé qui se chargent de payer directement les frais au professionnel.

La satisfaction de nos clients, notre priorité !

Un conseiller vous rappelle