Allergies de printemps : comment les traiter ?

Temps de lecture ≈ 4 minutes
Publié le 10/04/2024
allergies printemps


Si le Printemps est synonyme de renaissance de la nature, il est également celui du retour des incontournables, pour ne pas dire désagréables, allergies. Bien que les allergies au pollen ne soient pas graves, elles peuvent néanmoins s’avérer particulièrement contraignantes pour celles et ceux qui en souffrent. Alors comment faire pour les traiter et en limiter les symptômes ? On vous dit tout !

Quels sont les symptômes des allergies de printemps ?

Avant d’aborder les différentes manières de traiter une allergie printanière, il convient d’en connaître les symptômes afin de pouvoir identifier l’allergie si et quand on y est confronté. L’exposition à un allergène tel que le pollen entraine une inflammation au niveau des yeux et au niveau des muqueuses du nez. Cela se traduit par des yeux qui piquent et qui pleurent et sont généralement rouges, le nez qui coule ou qui est obstrué et la gorge qui gratte. Le plus souvent, ces symptômes surviennent dès le début de la période de pollinisation des végétaux.

Comment traiter les allergies au pollen ?

Pour mettre fin aux allergies printanières sur le long terme, il n’existe qu’un seul traitement : la désensibilisation. Le but étant que le corps devienne insensible à l’allergène (ou aux allergènes), qu’il cesse de le reconnaitre comme un ennemi.

Il existe deux méthodes de désensibilisation, lesquelles sont obligatoirement prescrites par un médecin. La désensibilisation par injection sous-cutanée et la désensibilisation par prise de comprimés. La deuxième méthode est la plus couramment utilisée car elle présente moins de risques de choc allergique.

La désensibilisation est en général recommandée aux personnes ayant reçu d’autres traitements mais sans résultat. En effet, il existe d’autres moyens pour traiter les allergies printanières (traitements à moyen terme qu’il faudra souvent réitérer l’année suivante). La personne sensible au pollen peut notamment se faire prescrire des médicaments antihistaminiques. Ces derniers permettent de bloquer la production d’histamine et réduisent donc les symptômes, dont l’écoulement nasal et les éternuements.

Si la personne touchée présente des symptômes plus sévères, notamment respiratoires, alors le médecin peut prescrire un spray à base de cortisone.

Apaiser les symptômes des allergies au pollen

Heureusement, il existe des remèdes naturels pour calmer les symptômes des allergies printanières. En voici une liste non exhaustive :

  • l’estragon pour ses propriétés anti-allergènes,
  • l’huile essentielle de lavande vraie contre les éternuements,
  • le thym pour soulager les voies respiratoires,
  • l’ortie contre le nez qui coule.

Qui consulter en cas d’allergies ?

Si vous souffrez d’allergies printanières, le premier réflexe est de consulter votre médecin généraliste. Si nécessaire, il vous orientera vers un allergologue pour approfondir les analyses et, le cas échéant, envisager une désensibilisation.

Écrit par Lisa Nadji
Rédactrice en chef – Experte santé Profil Linkedin

Vos questions, nos réponses

Une complémentaire santé, aussi appelée mutuelle, est un contrat d’assurance qui vous permet de compléter les remboursements de la Sécurité sociale pour vos frais de santé. Elle peut prendre en charge tout ou partie des dépenses non remboursées, comme les soins dentaires, optiques, l’hospitalisation, etc.

 

Non, la mutuelle santé n’est pas obligatoire pour tous. Cependant, elle est fortement recommandée car elle permet de vous protéger financièrement en cas de dépenses de santé importantes.

Le tiers-payant est un dispositif qui vous permet de ne pas avancer les frais de santé lors d’une consultation chez un professionnel de santé. C’est l’Assurance Maladie et/ou votre complémentaire santé qui se chargent de payer directement les frais au professionnel.

La satisfaction de nos clients, notre priorité !

Un conseiller vous rappelle