QUEL CHOIX D’ASSURANCE MALADIE POUR LE TNS ?

 

Pour le TNS, le choix de son assurance maladie est déterminant s’il veut optimiser sa protection, car il ne bénéficie pas des mêmes avantages que le salarié. Il est géré, pour le régime obligatoire, par la Sécurité sociale des indépendants (ex-RSI) et, pour le régime complémentaire, par la mutuelle qu’il souhaite.

 

QUI GÈRE L’ASSURANCE MALADIE DES TNS ?

 

En matière de protection de base, le TNS relève de la Sécurité sociale des indépendants (ex-régime social des indépendants, dit RSI). Plusieurs organismes conventionnés assurent sa gestion, qu’ils soient des entités dédiées uniquement à cette activité ou des mutuelles ayant une délégation pour gérer l’assurance maladie obligatoire.

 

Une réforme est en cours qui vise, à horizon 2020, à confier au régime général toute la gestion de la protection sociale des travailleurs non salariés. En 2019, les TNS déjà affiliés à la Sécurité sociale des indépendants continueront de dépendre de leurs caisses, tandis que les nouveaux entrepreneurs anciennement salariés resteront inscrits dans leur CPAM. En 2020, les CPAM deviendront les interlocutrices uniques des TNS pour la gestion de leur assurance maladie obligatoire.

 

En matière de taux de remboursement, il faut savoir qu’ils sont identiques, que l’assuré soit salarié ou indépendant. Les différences de prise en charge entre les statuts portent sur les indemnités journalières (moins favorables pour les TNS compte tenu du délai de carence appliqué et de l’absence de garanties complémentaires améliorant l’indemnisation) et sur la couverture mutuelle, à la seule charge de l’indépendant.

 

QUELLE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR LE TNS ?

 

Pour compléter sa protection santé, le choix d’une mutuelle est vivement recommandé afin de ne pas avoir à supporter des frais qui peuvent s’avérer importants, notamment en ce qui concerne les domaines dentaire, optique et hospitalisation. Le TNS, à la différence du salarié dont l’employeur prend en charge a minima la moitié de la cotisation, doit financer seul sa couverture.

 

Néanmoins, un dispositif lui permet de retirer un bénéfice fiscal de la souscription d’une complémentaire santé, en faisant le choix d’une mutuelle Madelin. En effet, dans ce cas, l’indépendant peut déduire les cotisations versées de son revenu imposable, dans la limite d’un plafond, assez élevé toutefois. Cette mesure offre au TNS l’avantage de pouvoir mieux se protéger et même d’étendre la protection à l’ensemble de sa famille, sous réserve que les ayants droit soient affiliés au régime social de l’assuré.

 

Le TNS est donc libre d’opter pour la complémentaire santé de son choix, contrairement au salarié qui se la voit imposée. Mais comment la choisir parmi une pluralité d’offres ? Inutile de se surprotéger. Il faut commencer par déterminer son besoin qui, évidemment, varie en fonction des personnes. Certaines vont privilégier les gros postes – optique, dentaire, hospitalisation – quand d’autres vont souhaiter se faire davantage acteurs de leur santé et axer leurs besoins sur la prévention, avec une prise en charge, notamment, des médecines douces.

 

Une fois le besoin déterminé, il faut comparer les offres des opérateurs avant de s’engager et être attentif aux délais de carence qui pourraient s’appliquer à certains types de soins.

 

Cocoon propose une gamme de formules spécifiquement conçues pour s’adapter aux besoins des travailleurs non salariés. Avec Cocoon, l’indépendant est sûr de faire le choix de la meilleure des mutuelles TNS. Pour profiter de ses avantages sans tarder, demandez un devis.

simulez votre devis