“Pour éviter les cancers de demain, c’est aujourd’hui qu’il faut agir”

Chaque année, près de 382 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués. C’est l’une des maladies les plus répandues en France. Raison pour laquelle l’Institut national du cancer (INCa) a lancé le 1er avril dernier, pour la seconde année consécutive, une campagne de prévention, avec une signature aussi forte que percutante : “Pour éviter les cancers de demain, c’est aujourd’hui qu’il faut agir”.

 

Outre la sensibilisation du public aux facteurs de risque évitables du cancer, la campagne vise à encourager chacun à adopter des comportements bénéfiques pour la santé, en mettant l’accent sur l’importance d’agir maintenant pour prévenir les cancers.

 

 

Au cœur de la lutte contre le cancer

 

En France, près de la moitié des cancers pourraient être évités en limitant l’exposition à des facteurs de risque tels que le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, une mauvaise alimentation, l’obésité ou le surpoids. C’est dans ce contexte que l’Institut national du cancer (INCa) a lancé l’an dernier une campagne de prévention pour sensibiliser la population française, qui comprend des messages spécifiques pour chaque facteur de risque et encourage les individus à adopter de nouveaux réflexes pour protéger leur santé.

 

Le bilan de la campagne de l’année dernière est positif puisque 84 % des Français déclarent avoir été incités à adopter de nouveaux réflexes pour protéger leur santé.

 

Cette année, la campagne revient avec un nouveau spot TV et une campagne d’affichage dans les lieux publics pour rappeler aux Français qu’il est possible d’agir dès maintenant pour prévenir les cancers liés à des facteurs de risque évitables.

 

 

Agir sur les facteurs de risque de cancer : une nécessité !

 

Stop au tabagisme

 

Le tabagisme est le premier facteur de risque de cancer, avec 75 000 décès par an, dont 45 000 cas de cancer en France. C’est pourquoi l’arrêt du tabac constitue le moyen le plus efficace de prévenir le risque de cancer à tout âge. En effet, l’arrêt du tabac permet de réduire de manière significative les cancers du poumon, de la vessie et autres.

 

Il convient de noter qu’il n’existe pas de taux de tabagisme sans risque ni de conditions permettant d’atténuer le risque. Par conséquent, la réduction du tabagisme ou la pratique d’un sport ne réduisent pas le risque de décès prématuré.

 

 

Réduire la consommation d’alcool

 

Responsable de 28 000 nouveaux cas de cancer chaque année en France, l’alcool est la deuxième cause évitable de mortalité par cancer après le tabac. Même à faible dose, la consommation d’alcool est un facteur de risque majeur dans le développement de plusieurs types de cancer, notamment le cancer du foie, du sein, du côlon-rectum, de la bouche, du pharynx et de l’œsophage. Pour réduire le risque de développer un cancer lié à l’alcool, il est important de réduire ou d’arrêter la consommation d’alcool.

 

 

Une alimentation variée et équilibrée

 

Une alimentation déséquilibrée et peu variée est liée à l’augmentation de certains cancers en France. La consommation d’aliments ultra-transformés accentue quant à elle le risque de surpoids et d’obésité, deux facteurs de risque de certains cancers. En revanche, une alimentation variée et riche en fibres diminue le risque. La consommation de viande rouge et de charcuterie est un facteur de risque de cancer colorectal. Pour limiter les risques, l’INCA recommande une alimentation équilibrée et variée, riche en produits d’origine végétale et limitant la consommation de produits trop gras, trop sucrés ou trop salés, ainsi que de viande rouge et de charcuterie.

 

 

Faire du sport !

 

La sédentarité est responsable de près de 3 000 nouveaux cas de cancer chaque année en France. Une activité physique régulière est donc essentielle pour se maintenir en bonne santé et réduire le risque de cancer, en particulier le cancer du côlon et du sein.
À titre d’exemple, 30 minutes d’activité physique par jour suffisent à réduire de moitié le risque de cancer. Afin de lutter contre l’obésité infantile et ses conséquences, l’Assurance Maladie a mis en place un programme de prévention pour les enfants en surpoids ou à risque, pris en charge à 100 % et comprenant un suivi nutritionnel et psychologique.

 

Pour découvrir ou redécouvrir le spot TV de l’INCa, c’est par ici.

Découvrir aussi

Les bas de contention : ce qu’il faut savoir

Les bas de contention visent à comprimer la jambe afin de favoriser la circulation du…

Lire la suite >

Été : les bons réflexes pour se protéger de la chaleur

L'été est une période idéale pour profiter du soleil et des activités en plein air.…

Lire la suite >

Partir en cure thermale - Quels sont les remboursements ? 

Rhumatologie, asthme, insuffisance veineuse, … Voilà autant de raisons pour faire une cure thermale. Au…

Lire la suite >