La vaccination contre le papillomavirus arrive au collège

Temps de lecture ≈ 4 minutes
Publié le 17/06/2024
vaccination papillomavirus


À partir de cet automne, la vaccination fait son retour dans le cadre scolaire, mais cette fois-ci, elle vise à protéger contre le Papillomavirus Humain (HPV). Le gouvernement avait annoncé cette campagne en mars, avec un lancement prévu dès la rentrée 2023. Finalement, la vaccination débutera le 2 octobre.

On fait le point sur cette initiative importante qui impacte les élèves et leurs familles.

Qui est concerné ?

La campagne de vaccination contre le Papillomavirus à l’école cible spécifiquement les élèves de cinquième année au collège. Cette vaccination, ouverte aux filles et aux garçons de cette classe, vise à accroître la couverture vaccinale et à prévenir une infection responsable chaque année de 6 000 nouveaux cas de cancer et de 30 000 lésions précancéreuses du col de l’utérus, selon le site Service Public.

Comment cela va-t-il se passer ?

La vaccination, entièrement gratuite, nécessitera l’accord préalable des parents. Il est important de souligner que la vaccination contre le Papillomavirus ne sera pas obligatoire, conformément à la politique gouvernementale. Une expérience menée pendant deux ans dans la région du Grand Est a démontré que la vaccination à l’école a significativement augmenté le taux de vaccination, passant de 9 % à 27 % chez les élèves de cinquième la première année, puis de 17 % à 31 % la deuxième année.

Chaque jour, environ 17 nouveaux cas de cancers liés au papillomavirus sont diagnostiqués en France

Qui vaccinera ?

L’organisation de la vaccination relèvera des agences régionales de santé, qui devront alors déterminer les centres de vaccination responsables de cette tâche. Ces derniers devront d’abord organiser une séance d’information au sein des collègues, avant de planifier deux séances de vaccination, pour une première puis une seconde dose, en respectant six mois d’intervalle.

Quelles recommandations ?

Voici les recommandations mises en place la vaccination contre le papillomavirus :

    • pour les jeunes filles et garçons âgés de 11 à 14 ans révolus, la vaccination se déroule en 2 injections espacées de 6 à 13 mois ;
    • pour les filles et garçons âgés de 15 à 19 ans révolus, 3 injections sont nécessaires. La 2e injection a lieu 2 mois après la 1ère et la 3ème est faite 6 mois après la 1ère ;
    • pour les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes, jusqu’à 26 ans révolus : 3 doses sont administrées. La 2ème dose a lieu 2 mois après la 1ère et la 3ème dose a lieu 6 mois après la 1ère.

Quel est l’état actuel de la vaccination ?

Le taux de couverture vaccinale contre le papillomavirus est actuellement de 37 % chez les femmes et de 9 % chez les hommes. Pourtant, la stratégie de lutte mise en place entre 2021 et 2030 vise un objectif bien plus élevé, à savoir 80 % de personnes vaccinées. Il est essentiel de noter que dans un tiers des cas chez les hommes et deux tiers chez les femmes, les infections au HPV peuvent évoluer vers un cancer dans les 10 à 30 ans suivant la contamination.

Écrit par Lisa Nadji
Rédactrice en chef – Experte santé Profil Linkedin
5 bonnes raisons de faire du sport après 50 ans
lunettes de soleil été
Comment bien choisir vos lunettes de soleil pour protéger vos yeux cet été ?
semelles orthopédiques
Semelles orthopédiques : comment sont-elles remboursées ?

Vos questions, nos réponses

Une complémentaire santé, aussi appelée mutuelle, est un contrat d’assurance qui vous permet de compléter les remboursements de la Sécurité sociale pour vos frais de santé. Elle peut prendre en charge tout ou partie des dépenses non remboursées, comme les soins dentaires, optiques, l’hospitalisation, etc.

Non, la mutuelle santé n’est pas obligatoire pour tous. Cependant, elle est fortement recommandée car elle permet de vous protéger financièrement en cas de dépenses de santé importantes.

Le tiers-payant est un dispositif qui vous permet de ne pas avancer les frais de santé lors d’une consultation chez un professionnel de santé. C’est l’Assurance Maladie et/ou votre complémentaire santé qui se chargent de payer directement les frais au professionnel.

La satisfaction de nos clients, notre priorité !

Un conseiller vous rappelle