QU’EST-CE QU’UN BILAN ORTHOPTIQUE ?

Passage obligé de tout parcours d’orthoptie, le bilan orthoptique est relativement méconnu et soulève de nombreuses interrogations. À quoi sert-il ? Quels examens sont pratiqués au cours de celui-ci ? Et surtout, quels sont son coût et sa prise en charge ? Tour d’horizon complet du bilan orthoptique.

BILAN ORTHOPTIQUE : À QUOI SERT-IL ?

 

Le plus souvent, le patient est orienté vers l’orthoptiste par son ophtalmologiste, mais il peut l’être également par son médecin traitant. Il n’y a pas d’âge pour se voir prescrire un bilan orthoptique, car le spécialiste des troubles de la vision prend en charge aussi bien l’enfant en bas âge que la personne âgée, en passant par le jeune adulte.

Pour poser un diagnostic et proposer à son patient un protocole de soins adapté, l’orthoptiste doit commencer par réaliser un bilan orthoptique, sorte d’état des lieux de chaque œil, qui lui permettra d’évaluer les capacités visuelles de son patient et de déterminer l’origine de son trouble (motrice ou sensorielle) pour mieux orienter le projet de soins.

 

BILAN ORTHOPTIQUE : COMMENT SE DÉROULE-T-IL ?

 

L’orthoptiste commence par interroger le patient sur les désagréments rencontrés (vision double, fatigue, maux de tête…), ses habitudes de vie (utilisation des écrans, lecture…) et sur ses antécédents médicaux. Puis il pratique différents tests à l’aide d’instruments et de matériels spécifiques, qui vont lui permettre de préciser son diagnostic.

Au cours de son exploration motrice et fonctionnelle, il va s’attacher à déceler un éventuel strabisme, à mesurer la position des yeux au repos, à étudier la manière dont ils suivent un objet en mouvement, à contrôler les fonctionnements des muscles, à vérifier la vision binoculaire pour s’assurer que les deux yeux regardent bien ensemble…

Il s’agit d’un examen extrêmement complet qui dure une trentaine de minutes.

 

ET APRÈS UN BILAN ORTHOPTIQUE ?

 

Après le bilan orthoptique, l’auxiliaire médical est en mesure de mettre en place son projet de soins pour le patient et de définir l’objectif attendu. Le plus souvent – mais ce n’est pas systématique –, une rééducation est prescrite qui comprend jusqu’à vingt séances se déroulant à son cabinet, éventuellement complétées d’exercices à faire à domicile.

Pour être remboursée, la rééducation des yeux est soumise à une demande d’entente préalable, c’est-à-dire que l’Assurance maladie doit en valider le principe pour intervenir financièrement ensuite.

 

BILAN ORTHOPTIQUE : QUELLE PRISE EN CHARGE ?

 

Le bilan orthoptique est pris en charge par l’Assurance maladie, tout comme le remboursement de l’orthoptiste, dès lors qu’il a fait l’objet d’une prescription médicale. Suivant les indications thérapeutiques, son coût varie de 26 € à 79,30 €.

Le régime obligatoire participe à hauteur de 60 % de ce tarif, qui, si le praticien est conventionné, ne peut pas faire l’objet de dépassements d’honoraires, sauf à avoir eu des exigences particulières en termes de lieux et d’horaires de rendez-vous notamment.

La part non prise en charge par l’Assurance maladie est remboursée par la complémentaire santé du patient, s’il en est doté. Sur ce point, il est indispensable de disposer d’une mutuelle optique performante, car la consultation d’un orthoptiste s’accompagne le plus souvent de celle de l’ophtalmologiste et du port de lunettes, pour lesquels le reste à charge peut être important. Pour ne pas se tromper et choisir la qualité et la performance, mieux vaut faire confiance à Cocoon, LA mutuelle optique. Demandez vite un devis.

simulez votre devis