Opération des dents de sagesse : quel prix pour l’extraction ?

Qu’on les appelle dents de l’amour en Corée, dents de 20 ans en Turquie ou dents de sagesse en Europe, ces molaires font l’objet de toutes les attentions dès l’adolescence. Et leur extraction est souvent un passage obligé. Comment se déroule l’intervention ? Quel est le prix de l’opération des dents de sagesse ? Comment-elle remboursée par la Sécurité Sociale et la mutuelle ?

 

 

dents de sagesse

 

 

Pourquoi faire retirer ses dents de sagesse ?

 

Les dents de sagesse sont des troisièmes molaires. Comme les molaires et les prémolaires, elles servent à mastiquer et broyer les aliments les plus durs. Elles se situent au fond de la bouche, sur les arcades dentaires supérieure et inférieure.

 

Habituellement, les dents de sagesse sont au nombre de 4 : deux en haut et deux en bas. Mais elles ne sont pas présentes chez tout le monde. Certaines personnes ont seulement deux ou trois dents de sagesse, d’autres pas du tout !

 

Elles se différencient des incisives, canines et du reste de la dentition par leur apparition tardive. Elles poussent après les autres dents définitives, entre 16 et 25 ans mais sont visibles sur les radios dentaires dès l’âge de 8 ans.

 

À quoi sert l’opération des dents de sagesse ?

 

L’extraction des dents est un acte que les chirurgiens-dentistes réservent aux dents en mauvaise santé et qu’il n’est pas possible de préserver, à cause d’une carie, d’une fracture dentaire ou d’un déchaussement par exemple. En ce qui concerne les dents de sagesse, les praticiens sont amenés à enlever des dents saines. Mais leur avulsion n’est pas systématique. Plusieurs raisons motivent leur retrait par le dentiste.

 

Arracher une dent mal placée

 

À cause de leur position au fond des mâchoires supérieures et inférieures, le maxillaire et la mandibule, les troisièmes molaires ne peuvent pas toujours s’extraire totalement de l’os. Certaines restent coincées dans l’os, d’autres sortent partiellement et se retrouvent bloquées contre la deuxième molaire. Ces dents de sagesse incluses ou enclavées peuvent causer des problèmes de santé bucco-dentaire comme des inflammations de la gencive, des kystes ou endommager les racines de la dent voisine.

 

Éviter l’apparition de caries

 

Une bonne hygiène bucco-dentaire n’évite pas toujours l’apparition de caries sur les dents de sagesse. Leur forme et leur localisation, à l’extrémité de l’arcane dentaire, les rendent plus difficiles à brosser et à traiter en cas d’infection. Le stomatologue et le chirurgien-dentiste choisissent alors de les retirer afin d’éviter les caries et les soins à répétition.

 

Dents de sagesse et orthodontie

 

Lorsqu’au cours d’un traitement d’orthodontie le spécialiste constate, avant même leur éruption, que les dents de sagesse n’auront pas la place de sortir ni de se positionner dans la mâchoire, le dentiste décide leur extraction. Il procède à une germectomie, c’est-à-dire un arrachage des dents à l’état de germe.

Mais avoir suivi un traitement d’orthopédie maxillo-faciale n’est pas une indication pour faire arracher ses dents de sagesse. Leur apparition ne cause pas systématiquement un déplacement des autres dents.

 

 

L’extraction des dents de sagesse

 

L’extraction des dents de sagesse est indiquée soit :

  • à titre préventif, avant leur éruption ;
  • lorsque des complications surviennent pendant l’éruption de la dent;
  • après l’éruption totale, en cas d’infection dentaire ou de caries.

 

C’est le dentiste ou le stomatologue qui proposent la chirurgie après avoir fait réaliser des radios panoramiques dentaires et examiné le patient. Il n’y a pas besoin de poser une prothèse ou un implant pour remplacer les dents de sagesse.

 

L’opération des dents de sagesse

 

Les chirurgiens-dentistes et les stomatologues sont habilités à arracher les dents de sagesse. L’acte chirurgical se déroule au cabinet du praticien, à l’hôpital ou en clinique.

La plupart du temps, l’intervention a lieu sous anesthésie locale et dure environ une heure pour l’extraction des 4 dents. Il est fréquent de procéder en deux fois, en retirant d’abord les dents du maxillaire puis celles de la mandibule ou celles situées à droite puis à gauche.

L’intervention chirurgicale peut exceptionnellement avoir lieu sous anesthésie générale. Dans ce cas, un bilan préopératoire et un rendez-vous avec un médecin anesthésiste sont obligatoires. L’avulsion a lieu dans un centre hospitalier ou une clinique et est réalisée en ambulatoire.

Après avoir endormi la zone grâce à l’injection de produits anesthésiants, le dentiste accède à la dent en incisant la gencive. Il sectionne ensuite les nerfs qui la retiennent pour l’extraire. Parfois, il doit casser la dent en plusieurs parties afin de pouvoir l’ôter. Après l’extraction de la dent, le dentiste recoud l’incision à l’aide de fils résorbables ou non.

 

Les suites de l’opération

 

L’opération des dents de sagesse n’est pas douloureuse grâce à l’anesthésie. Afin d’aider à la gestion de la douleur post-opératoire, le docteur prescrit du paracétamol ou de l’ibuprofène.

Immédiatement après l’intervention, le patient est invité à mordre une compresse pendant une trentaine de minutes. Ce geste favorise la création d’un caillot de sang et arrête le saignement de la gencive. Il peut être répété pendant quelques minutes à chaque fois qu’un saignement apparaît.

Pendant au moins trois jours, les dentistes recommandent de privilégier les aliments liquides ou broyés, tels que la soupe, la glace, les yaourts ou les jus de fruits. La consommation d’alcool et de tabac est déconseillée. Enfin, lors du brossage des dents, il faut veiller à éviter la zone opérée.

 

L’extraction des dents de sagesse ne demande pas d’arrêt de travail. Cependant, il est conseillé de rester au calme pendant 72 heures et d’éviter les activités physiques et le sport. Après une semaine, la personne reprend ses activités et son alimentation habituelles.

 

Quelles sont les complications possibles ? 

 

Le patient est susceptible de ressentir des fourmillements dans le bas du visage lorsque l’anesthésie se dissipe. Il est fréquent d’observer un gonflement des joues ou un hématome après l’extraction de la dent. Appliquer une poche de glace pendant trente minutes toutes les heures durant la première journée qui suit le geste chirurgical limite l’apparition d’un œdème ou d’un bleu.

Des maux de têtes, de gorge ou des douleurs musculaires au niveau de la mâchoire et du cou font partie des effets secondaires observés.

Enfin, il arrive que la zone incisée s’infecte et nécessite un traitement antibiotique.

 

Si vous constatez une infection, que la douleur n’est pas supportable ou que les effets indésirables persistent, contactez votre dentiste ou votre stomatologue afin qu’il vous conseille et prescrive les soins adaptés.

 

 

Quel est le prix de l’opération des dents de sagesse ?

 

L’extraction des dents de sagesse est un soin dentaire pris en charge par l’Assurance Maladie. C’est un soin conservateur, au même titre que le détartrage ou la dévitalisation d’une dent. Le praticien n’est pas autorisé à augmenter le montant de ses honoraires sauf si :

  • le patient exige une intervention en dehors des heures d’ouverture du cabinet dentaire (le soir, un jour férié…) ;
  • les soins sont réalisés par un maître de conférences, un professeur ou un médecin exerçant avec un autre titre particulier.

 

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) a fixé le montant du tarif conventionnel de l’extraction d’une dent définitive, y compris les dents de sagesse, à 33,44 euros. Le prix de l’opération des dents de sagesse varie en fonction du nombre de dents retirées par le dentiste.

Lors de la consultation, le chirurgien-dentiste vous remet un devis mentionnant le montant de l’opération et la part du remboursement par la Sécurité Sociale.

 

La prise en charge du prix de l’extraction des dents de sagesse par la Sécurité Sociale

 

La CPAM prend en charge 70% du tarif de responsabilité. Dans le cadre de l’extraction d’une dent de sagesse, elle rembourse 23,40 euros. Si vous êtes atteint d’une affection longue durée, le taux de prise en charge est de 100%, comme pour le remboursement de vos autres soins. Le reste est à la charge du patient et de sa mutuelle.

 

Les consultations préopératoires sont prises en charge à hauteur de 70%. Mais les dépassements d’honoraires ne sont pas compris dans les remboursements des soins. Lorsque vous consultez un chirurgien-dentiste avec un droit permanent à dépassement ou un stomatologue du secteur 2 en honoraires libres, le calcul se fait sur la base du tarif conventionné, soit 23 euros pour un dentiste et 28 pour un stomatologiste en secteur 1.

 

Les autres frais liés aux soins, les radios ou la délivrance d’antibiotiques par exemple, sont concernés par le remboursement.

 

Le remboursement du coût de l’opération des dents de sagesse par la mutuelle

 

Les 30% restant à la charge de l’assuré sont remboursés par sa mutuelle, s’il a souscrit une complémentaire santé. La mutuelle santé Cocoon assure le remboursement du ticket modérateur pour toute sa gamme de contrats et sans délai de carence, même pour le dentaire et l’orthodontie.

 

Selon l’accord conclu avec la complémentaire santé, l’adhérent pourra aussi bénéficier de la prise en charge des dépassements d’honoraires lors des consultations dentaires.

 

Si l’extraction des dents de sagesse est aujourd’hui courante, elle pourrait n’être qu’un souvenir dans le futur. Les troisièmes molaires sont un témoignage de nos ancêtres qui avaient besoin de dents supplémentaires pour mâcher des denrées particulièrement dures. Avec la modification de notre alimentation, elles ne présentent plus d’utilité et ont tendance à disparaître.