Qu’est-ce que la luminothérapie ?

Temps de lecture ≈ 6 minutes
Publié le 17/06/2024


Technique de plus en plus utilisée en médecine douce, la luminothérapie offre de nombreux bienfaits psychologiques et biologiques. Qu’est-ce que la luminothérapie exactement ? Quels sont ses principes ? Quels sont ses effets ? Dans quel cas y avoir recours ? On vous dit tout sur la luminothérapie.

Luminothérapie : définition et origines

Comme son nom l’indique, la luminothérapie est une technique consistant à s’exposer face à une lampe, laquelle reproduit la lumière naturelle du soleil. Il s’agit ainsi d’une forme de photothérapie.

Les origines de la luminothérapie remonte à 1903 lorsque le médecin danois et prix Nobel de médecine Niels Ryberg Finsen mène des recherches concluantes sur les effets positifs des radiations lumineuses pour traiter certaines maladies, notamment la tuberculose. Il faut cependant attendre huit décennies pour que des médecins décident d’utiliser cette technique dans le traitement de la dépression saisonnière.

Ls principes de la luminothérapie

Pour imiter la lumière du soleil, la lampe utilisée en luminothérapie doit avoir une puissance comprise entre 2 500 et 10 000 lux (unité d’éclairement). La lumière utilisée est celle du spectre lumineux solaire mais sans ultraviolets, ces derniers étant dangereux pour l’épiderme et la cornée.

Lors de l’exposition à la lumière, la rétine par le biais des neurotransmetteurs inhibe la mélatonine, une hormone que le corps sécrète naturellement et généralement le soir avant de s’endormir.

Chaque année, à compter du mois de septembre et jusqu’’au mois de mars, les journées raccourcissent et le temps d’ensoleillement diminue. La réaction du corps humain est alors de sécréter plus de mélatonine durant la journée tandis que le taux de sérotonine baisse. Cette augmentation de mélatonine, également nommée hormone du sommeil, entraine ainsi une diminution de la vitalité. A terme, cette diminution peut provoquer une dépression saisonnière chez certaines personnes.

Par une exposition à une lumière artificielle imitant la luminosité du soleil, la luminothérapie peut ralentir la sécrétion de la mélatonine. La personne s’exposant à la lampe peut donc retrouver de l’énergie.

Les bienfaits de la luminothérapie

L’utilité de la luminothérapie est avant tout reconnue dans le traitement de la dépression saisonnière. En effet l’état dépressif induit par le manque de lumière est, comme nous l’avons vu plus haut, dû à une hormone, la mélatonine, dont la sécrétion se fait uniquement dans l’obscurité. En envoyant un message clair au cerveau sur l’alternance jour/nuit, la luminothérapie permet de resynchroniser la sécrétion de la mélatonine et le bon tempo du rythme circadien.

De plus, avoir recours à la luminothérapie tard le soir permet de freiner la sécrétion de mélatonine et cette hormone fonctionnant comme un hypnotique léger, la luminothérapie offre ainsi un réveil amélioré.

Autre bienfait, la luminothérapie stimule les régions de la base du cerveau, ce qui entraine une augmentation du taux de sérotonine, neurotransmetteur qui possède un fabuleux pouvoir antidépresseur et qui régule l’appétit.

La luminothérapie, pour quels problèmes ?

La luminothérapie est un type de photothérapie particulièrement utilisée pour traiter divers problèmes liés au sommeil comme les insomnies et les mauvais rythmes de sommeil. Elle est également utilisée chez les individus rencontrant des problèmes de décalage horaire.

La luminothérapie est aussi utilisée pour traiter la dépression saisonnière. En effet, l’hiver est une saison où les jours sont courts et où l’organisme reçoit peu les rayons du soleil. L’exposition à la lumière de la lampe permet alors de régler l’horloge biologique interne.

Cette technique est également reconnue pour contribuer à améliorer différents autres problèmes tels que le « baby-blues », le syndrome prémenstruel, des maladies comme Alzheimer et Parkinson, et d’autres.

Utile en cas de dépression « classique » ?

Si la luminothérapie est efficace pour traiter la dépression saisonnière, il semble qu’elle puisse aussi aider à soigner la dépression dite classique ou non saisonnière. Elle permettrait en effet un traitement plus rapide que les antidépresseurs. Bien que cette méthode reste peu utilisée au niveau clinique, plusieurs études ont montré qu’elle est aussi efficace qu’un traitement médicamenteux.

Les contre-indications

Pratiquée par des professionnels, la luminothérapie est absolument sans danger mais est toutefois contre-indiquée dans certains cas :

  • elle ne doit pas être utilisée chez des personnes ayant des problèmes oculaires comme la cataracte, un glaucome, une dégénérescence, etc.
  • elle n’est pas indiquée pour les personnes atteintes d’une maladie qui affecte la rétine comme le diabète.
  • elle ne doit pas être utilisée chez un individu recevant un traitement photosensibilisant.

Pour un premier traitement par luminothérapie, il est conseillé de se rapprocher d’un professionnel qualifié.

Écrit par Lisa Nadji
Rédactrice en chef – Experte santé Profil Linkedin

Non, les médecines douces ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale. Ces pratiques alternatives sont considérées comme des soins de confort par l’Assurance Maladie. Toutefois, certaines mutuelles proposent une prise en charge de certaines d’entre elles.

Oui, l’ostéopathie est considérée comme une médecine douce, ou alternative, car cette thérapie propose le traitement de certains troubles fréquents, sans médicaments ni chirurgie.

L’ostéopathe va traiter le corps entier en essayant de trouver l’origine de votre douleur, alors que le kinésithérapeute va plutôt utiliser des techniques de rééducation pour corriger les articulations des muscles, suite à une pathologie ou un accident.

Découvrez les offres santé Cocoon

Jeune
Une offre essentielle sans sacrifier votre budget.
Famille
Une couverture santé complète pour votre tribu.
Senior
Des formules adaptées à vos besoins spécifiques.

La satisfaction de nos clients, notre priorité !

Un conseiller vous rappelle