Comment la vie sociale des seniors influe-t-elle sur leur santé ?

La vie sociale aide à garder le moral. Certes, mais pas uniquement. Entretenir une vie sociale intense est également bénéfique pour la santé. Et pour les seniors, ce lien social devient quasi indispensable. Chiffres à l’appui, nous étudierons pourquoi il est nécessaire de rencontrer régulièrement sa famille et ses amis ou de s’engager auprès d’une association par exemple.

 

La vie sociale des seniors

 

Santé des seniors et vie sociale : un lien statistiquement prouvé

La vie sociale des seniors a fait l’objet d’études. Leur objectif ? Découvrir si mener une vie sociale peut, en plus d’assurer un bon moral, influencer la santé. La réponse est clairement positive. L’Institut national de prévention et d’éducation (Inpes) a démontré, en 2010, que les seniors qui participent à des associations ou à des jeux, qui rendent visite à leurs proches sont en meilleure santé que les seniors isolés. C’est d’abord le lien santé mentale et vieillissement qui est mis en exergue par l’Inpes. Si 20 % des seniors vivent une souffrance psychologique, ce phénomène est largement amplifié pour les personnes qui vivent seules. En effet, les femmes sont alors deux fois plus sujettes aux dépressions tandis que les hommes le sont quatre fois plus.

La santé physique des seniors est également conditionnée par leur vie sociale. Les personnes âgées qui se rendent au sein de groupes ou d’associations pour pratiquer des activités ou aider leurs prochains ont moins tendance à fumer. Lorsqu’on connaît les risques du tabagisme pour la santé des individus, notamment en favorisant la survenue de maladies cardiovasculaires, cet état de fait prouve l’utilité d’une vie sociale accomplie. A noter également que cette catégorie de senior est mieux informée sur l’alcool, le tabac, le cancer ou encore la maladie d’Alzheimer. Une connaissance plus propice à la démarche de dépistages divers.

L’étude de l’Inpes a aussi montré que les seniors solitaires sont moins attentifs à l’équilibre de leur alimentation. En effet, plus d’un quart des 55-85 ans associent alimentation et santé. La plupart de ces seniors mangent de façon saine et équilibrée en alternant féculents, légumes, produits laitiers, fruits, œufs, viandes et poissons. Là encore, éviter l’excès de nourriture grasse et de sel notamment offre plus de chances de rester en bonne santé et limite les risques cardiovasculaires et d’hypertension.

 

Entretenir sa vie sociale pour garder le moral et la forme

Parmi les principales raisons poussant à conserver une vie sociale figure la dépression des seniors. Il s’agit sans doute de l’effet le plus immédiat. Concrètement, rendre visite à sa famille ou à ses amis, s’engager auprès d’une association, participer à des activités de groupes et faire de nouvelles rencontres permet d’éviter l’état dépressif qui touche beaucoup de personnes retraitées. Quoi de plus stimulant que s’occuper de ses petits-enfants ou de partir en voyage pour garder le moral ?

Un senior seul qui attend que ses proches viennent lui rendre visite, qui ne sort qu’en de rares occasions ou selon une routine, certes rassurante, a de grandes chances d’entrer petit à petit dans un état de souffrance psychologique qui s’ajoute au mal-être physique inhérent au vieillissement.

Heureusement, peu importe l’âge, il n’existe aucune fatalité. Si la famille et les amis sont géographiquement trop loin, il est possible de trouver dans chaque ville des groupes permettant aux seniors de se retrouver, de pratiquer des activités : jeux, visites patrimoniales, repas… Les plus altruistes pourront également donner leur temps pour les plus défavorisés. De nombreuses associations caritatives sont à l’écoute de bonnes volontés. Bref, il suffit d’inverser la tendance pour améliorer sa santé psychique et physique. Car l’un va souvent avec l’autre.