Seniors : Quelle est la meilleure opération pour votre presbytie ?

Inéluctable avec l’âge, la presbytie peut être corrigé par le port de lunettes ou de lentilles correctrices. Il est également possible, pour les patients seniors, de lutter contre ce trouble de la vision en réalisant une opération de presbytie par laser ou par implants. Quelle est la différence entre ces deux techniques ? Leurs avantages et leurs inconvénients ?

 

Presbytie des seniors

 

Qu’est-ce que la presbytie ?

 

 

La presbytie est un phénomène naturel provoquant des problèmes de vue qui affecte la plupart des personnes de plus de 45 ans, et qui connaît un développement progressif jusqu’à l’âge de 65 ans avant de se stabiliser. Ce trouble de la vision répandu chez les seniors est dû au vieillissement normal de l’œil, et plus précisément du cristallin (la lentille convergente de l’œil) qui tend à durcir puis à scléroser avec l’âge. Or, cet organe joue un rôle indispensable dans la formation des images qui sont ensuite transmises au cerveau par le nerf optique…

 

Les symptômes de la presbytie

 

 

La presbytie se manifeste chez le patient par une plus grande difficulté à focaliser sa vision de près, rendant compliqués la lecture ou tout travail de proximité. Ses effets sont progressifs dans le temps, et ne sont pas diagnostiqués dans l’immédiat.

A ses débuts, la lecture de petites lettres devient un peu plus difficile en l’absence d’une luminosité suffisante dans la pièce. A un stade avancé, il devient même impossible de lire de petits caractères, quelles que soient les conditions. Dès lors, il est nécessaire de porter des lunettes ou des lentilles avec des verres correcteurs pour pouvoir poursuivre ses activités quotidiennes, verres qui devront être changés régulièrement au fil du temps avec l’évolution du trouble.

S’ils suspectent d’en être atteints, les patients doivent aller consulter un ophtalmologue pour bénéficier d’un diagnostic établi et d’une prise en charge partielle de l’Assurance maladie (60 % environ) des verres correcteurs, le reste étant couvert par la complémentaire santé. Ils peuvent aussi opter pour une opération qui, elle, n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale.

 

Comment choisir son opération de presbytie ?

 

 

Il est important de savoir que la presbytie est une maladie traitable pour les personnes qui ne veulent pas porter de lunettes ou de lentilles pour des raisons pratiques, esthétiques, sportives ou encore professionnelles. Le traitement passe nécessairement par une opération chirurgicale de l’œil : un traitement au laser ou un remplacement du cristallin par un implant. Le choix entre ces deux opérations de presbytie dépend de l’âge et de la gravité de la déficience visuelle des patients.

L’opération de la presbytie par laser, également nommée Lasik dans le langage courant, est la technique la plus fréquemment utilisée. Elle peut être réalisée à tout instant sans avoir besoin d’attendre que la déficience soit complète, et affiche un taux de complications très faible. Cette opération simple et indolore, qui ne demande que quelques minutes, ne requiert ni d’anesthésie générale ni d’hospitalisation. Les résultats sont quasi immédiats : le patient peut cesser de porter ses lunettes le jour même ou le lendemain. Ses effets sont durables, mais temporaires : une seconde opération peut être nécessaire au bout de dix ou vingt ans.

L’opération de la presbytie par implants se déroule dans le cadre d’une chirurgie sous anesthésie locale en ambulatoire (le patient quitte l’hôpital le jour même). Elle vise à remplacer totalement le cristallin déficient, et se pratique généralement lorsque la vision est très dégradée. Plus coûteuse que la technique laser, elle permet de corriger non seulement la presbytie, mais également d’autres troubles affectant le cristallin comme la myopie ou l’hypermétropie. De même, elle permet de se débarrasser des symptômes de la cataracte. Les résultats sont immédiats et définitifs : le patient en a fini avec la presbytie pour la vie.

D’autres maladies affectant les yeux des seniors peuvent être soignées ou tout au moins ralenties. C’est notamment le cas de la DMLA qui a pour symptôme l’apparition d’une tache sombre au milieu du champ de vision, ou du glaucome dont le symptôme est une perte du champ visuel (en particulier sur les côtés).