Malnutrition chez les seniors : quels risques et quels enjeux ?

La protection de la santé pour les seniors passe par une bonne nutrition. Chez les seniors – population plus fragile – les risques de mortalité et de pathologies chroniques sont aggravés par la malnutrition. Zoom sur nos conseils pour combler les besoins énergétiques des seniors grâce à des apports nutritionnels appropriés.

 

Malnutrition des seniors

 

Malnutrition : quels risques ?

 
L’alimentation et la nutrition des seniors est un sujet sérieux. Fragilisant les défenses immunitaires, la malnutrition engendre de lourdes conséquences. Le manque d’énergie auquel on ajoute des carences nutritives – en protéines ou autres – accentuent la faiblesse du senior, provoquant une perte de sa force musculaire, tout augmentant les risques d’infections, de maladies ou de complications. Les seniors sont alors moins armés contre les pathologies et peuvent avoir plus de difficultés à en guérir. Enfin, certaines complications dues à la malnutrition peuvent aller jusqu’au décès. Insuffisance cardiaque, rénale ou respiratoire sont, malheureusement, le lot quotidien de la malnutrition.

 

Comment déceler la malnutrition ?

 
La malnutrition est un mal qui touche assez couramment les seniors, d’où l’importance d’en déceler les premiers signes.

Les premiers symptômes à surveiller sont : une perte de poids, une fatigue chronique, une altération des liens sociaux, un désintérêt pour son environnement, une perte d’appétit, une motricité affaiblie avec des chutes de plus en plus fréquentes.

Ces quelques signes peuvent facilement être repérés par les proches. Une fois alarmés, ces derniers devront alors prendre les mesures nécessaires pour aider le senior en difficulté.

Pour les personnes plus isolées, un dépistage une fois par an par un professionnel de santé est indispensable. Le diagnostic repose notamment sur deux facteurs :
– la perte de poids – si une perte de poids d’au moins 5 % sur un mois ou d’au moins 10 % en six mois survient, alors on parle de dénutrition. Au-delà, ce sera de la dénutrition sévère ;
– de l’indice de masse corporelle (IMC). Le calcul est simple : le poids en kilos est divisé par la taille en cm au carré. Si le résultat est inférieur à 18, le verdict est sans appel : le senior souffre de dénutrition.

 

Comment prévenir la malnutrition ?

 
Prévenir la malnutrition implique de respecter quelques règles fondamentales pour une alimentation équilibrée et surtout adaptée aux besoins nutritifs des seniors :
– l’alimentation des seniors doit être – quotidiennement – rythmée par 3 repas et une collation ;
– les apports en protéines et en calcium doivent faire partie intégrante des repas ;
– la quantité de liquide ingérée quotidiennement doit être de 1,5 litre minimum ;
– l’organisation des repas de la personne âgée doit être construite autour du plaisir de manger et de ses préférences alimentaires ;
– l’heure du dîner doit être retardée pour minimiser la période de jeûne comprise entre le coucher et le petit-déjeuner.

 

Comment traiter la malnutrition ?

 
Les proches se retrouvent souvent démunis dans la situation où un senior refuse de manger. Quelques clés permettent de remédier à ce cas de figure :
– surveiller quotidiennement le poids ;
– enrichir les repas en calories et protéines, en agrémentant le potage de poudre de lait ou de jaunes d’œuf par exemple ;
– consulter un spécialiste qui peut prescrire des compléments alimentaires nutritionnels, si nécessaire ;
– fractionner les repas en plusieurs petits repas.
Mais face à une situation qui persiste, la prise en charge par une institution spécialisée peut quelquefois être nécessaire.

La malnutrition est un mal de plus en plus répandu dans notre société, notamment chez les seniors. Ces quelques conseils et éclaircissements vous permettront de la comprendre, de là diagnostiquer mais également de la prévenir et surtout de la traiter.