Bypass, anneau gastrique, sleeve : tout savoir sur la chirurgie bariatrique

Modifier la taille de l’estomac pour aider les patients à changer leurs habitudes alimentaires et à perdre du poids, c’est le principe de la chirurgie bariatrique. Votre mutuelle vous explique la différence entre la pose d’un anneau gastrique, un bypass et une sleeve.

 

chirurgie anneau gastrique

 

 

Qu’est-ce que la chirurgie gastrique ?

 

La chirurgie gastrique, appelée aussi chirurgie bariatrique ou gastroplastie, vise à réduire la taille de l’estomac. Elle permet de diminuer les quantités de nourriture consommées et d’atteindre la satiété plus rapidement.

 

La gastroplastie aide à perdre en moyenne 30 à 45% de l’excès de poids. En favorisant l’amaigrissement, elle agit sur les pathologies associées à l’obésité (diabète, syndrome de l’apnée du sommeil, hypertension artérielle…).

 

Elle est indiquée chez les individus de 18 à 60 ans. Leur indice de masse corporelle (IMC) doit être supérieur à 40 ou à 35 si des complications sont associées. Cet acte est réservé aux patients ne présentant pas de contre-indications psychologiques ni de risque à subir une opération sous anesthésie générale.

 

Les personnes dont l’IMC se situe entre 30 et 35 ne sont pas éligibles à la chirurgie bariatrique. Elles peuvent cependant discuter avec leur médecin de la pose d’un dispositif temporaire comme le ballon gastrique. Cette technique privilégie la stabilisation du poids sur la perte de kilos.

 

Parfois qualifiée de chirurgie de l’obésité, la gastroplastie est un outil pour aider ceux qui le veulent à maigrir. Avant d’être envisagée, d’autres options comme le rééquilibrage alimentaire et l’activité physique doivent être testées. Si elles ne fonctionnent pas, le médecin discutera avec son patient de l’opportunité de réaliser une intervention chirurgicale.

 

Anneau gastrique, sleeve et bypass : les 3 opérations les plus pratiquées

 

Les opérations de chirurgie bariatrique sont réalisées sous anesthésie générale. L’utilisation de la cœlioscopie permet d’intervenir grâce à de petites incisions sur l’abdomen et d’éviter les cicatrices. Le chirurgien choisit la méthode la plus adaptée à la personne et à ses besoins.

 

La pose de l’anneau gastrique

 

La pose d’un anneau gastrique modulable est une chirurgie restrictive. Le praticien pose un anneau en silicone autour de l’estomac afin d’en réduire le volume. Celui qui le porte est obligé d’ingérer moins d’aliments et est rassasié plus rapidement.

L’anneau est relié à un boîtier sous la peau. Grâce à lui, le médecin peut adapter la taille de l’anneau. Il peut la diminuer pour favoriser la perte de poids ou, au contraire, laisser passer plus de nourriture, pendant une grossesse notamment.

La gastroplastie par anneau gastrique est la seule chirurgie de l’estomac réversible. En cas de complications ou à la demande du patient, l’anneau peut être retiré et l’estomac retrouve sa taille normale. Autre avantage de cette technique : le circuit de la digestion n’est pas modifié. Les vitamines et les nutriments sont absorbés normalement par l’organisme, ce qui limite le risque de carences.

 

La sleeve

 

Comme la pose de l’anneau gastrique, la sleeve gastrectomy, en français gastrectomie longitudinale, est une opération restrictive. Le chirurgien procède à l’ablation partielle de l’estomac pour en diminuer le volume. Son retrait limite la sécrétion de la ghréline, l’hormone qui déclenche la sensation de faim et qui est produite principalement par notre estomac.

L’intervention dure environ deux heures. Après avoir défini la nouvelle taille de l’estomac grâce à un tube appelé bougie, le médecin sectionne et suture grâce à une pince automatique. La part de l’estomac qui a été réséquée est extraite de l’abdomen.

La sleeve gastrectomie est l’opération de chirurgie bariatrique la plus pratiquée en France. Elle n’impacte ni la digestion, ni l’absorption des nutriments et des vitamines.

 

Le bypass

 

Le bypass gastrique est une opération mixte. Elle associe la diminution du volume de l’estomac et une dérivation du tube digestif. Elle limite la sensation de faim liée à la ghréline et augmente la sécrétion des hormones de satiété.

Deux techniques existent : le bypass de Roux-en-Y (BPGY) et le bypass en oméga (BPGO) dit aussi mini bypass. Seul le BPGY est préconisé en France par la Haute autorité de santé (HAS). Sa réalisation dure entre deux et trois heures. Elle consiste à relier le haut de l’estomac au bas de l’intestin grêle. Le chirurgien crée une poche gastrique où sont recueillis les aliments, hors du reste de l’estomac.

Le bypass entraîne une malabsorption des aliments. La nourriture trop sucrée ou trop grasse est mal digérée par le corps, ce qui peut causer un malaise après un repas. On parle alors de dumping syndrome. Autre inconvénient : les vitamines et les nutriments sont moins fixés par l’organisme et il est nécessaire d’en prendre en complément.

 

 

Préparation et suivi : les clés de la chirurgie gastrique

 

Les opérations de chirurgie bariatrique ont des conséquences sur notre organisme et ses fonctions fondamentales. Elles doivent se décider en dernier recours, après un bilan complet et avec le soutien d’une équipe médicale pluriprofessionnelle. Des centres spécialisés dans l’obésité (CSO) et reconnus par l’État accompagnent les personnes dans leur parcours.

Se préparer à la pose d’un anneau gastrique, à une sleeve ou à un bypass

Au moins 6 mois avant l’opération, le patient est accompagné d’un nutritionniste ou d’un diététicien pour apprendre à changer ses habitudes alimentaires.

Un suivi psychologique est également mis en place. Il permet à la fois de modifier le rapport à la nourriture en cas de stress, de tristesse ou de fatigue mais aussi de préparer la personne à l’opération et aux changements qui vont intervenir sur son corps.

Enfin, les médecins préconisent de débuter une activité physique régulière comme la marche pour améliorer sa condition physique avant l’intervention et favoriser la récupération postopératoire.

Le patient doit modifier son régime alimentaire en vue de l’opération. Deux semaines avant, il commence à s’alimenter avec plusieurs petits repas et collations. Les jours précédents l’anesthésie, il ne peut consommer que des yaourts et doit limiter sa consommation de boissons.

 

Les suites de l’opération

 

Une opération de chirurgie gastrique nécessite une hospitalisation pouvant aller jusqu’à 8 jours. Les personnes ayant un travail sédentaire peuvent reprendre leur activité professionnelle après 15 jours. Mais un arrêt maladie d’un mois est indiqué pour celles qui ont une activité physique ou impliquant le port de charges lourdes.

Après l’intervention, un protocole est mis en place pour l’alimentation. La nourriture solide est progressivement réintroduite afin d’aider l’organisme à s’adapter. Et il faut attendre au moins un mois avant de reprendre une activité sportive.

 

Un suivi médical à vie

 

L’obésité est considérée comme une maladie chronique. Son traitement, même après une gastroplastie, demande un suivi médical régulier.

Il est réalisé par le médecin traitant en lien avec l’équipe qui a opéré. Il permet de s’assurer de l’absence de complications telles que le glissement de l’anneau, des lésions de l’estomac ou les occlusions intestinales. Les consultations permettent de surveiller l’évolution des pathologies présentes avant l’intervention et, éventuellement, de prescrire un traitement en vitamine D et B12 en cas de carences.

 

Il faut aussi adopter une nouvelle hygiène de vie : alimentation, activité physique, faible consommation d’alcool… Tous ces facteurs sont indispensables pour prévenir les effets secondaires et la reprise de poids.

Les opérations de chirurgie bariatrique entraînent un bouleversement dans la vie du patient. Il lui faut gérer la modification de son apparence physique et souvent une nouvelle dynamique dans ses relations avec son entourage. Le soutien d’un psychologue ou d’associations de patients est un recours pour appréhender ces changements.

 

 

La prise en charge de la chirurgie bariatrique par la Sécurité Sociale

 

Le prix d’une chirurgie de l’estomac dépend du type d’opération pratiqué, du lieu d’intervention (public ou privé) et du chirurgien. Le prix d’un anneau gastrique se situe entre 2 000 et 4 000 euros. Le prix d’une sleeve ou d’un bypass est compris entre 4 500 euros et 15 000 euros.

 

La Sécurité Sociale prend en charge le remboursement des gastroplasties. Le médecin doit pour cela remplir une demande d’entente préalable. En cas d’accord, l’opération est remboursée par l’assurance maladie à 70% ou à 100% dans le cadre d’une affection longue durée (ALD).

Le montant du remboursement de l’anneau gastrique, du bypass ou de la sleeve est calculé à partir du tarif conventionné de la Sécurité Sociale.

 

Le remboursement par la mutuelle

 

La mutuelle intervient en complément du remboursement par l’Assurance Maladie. Même si vous bénéficiez d’un 100%, souscrire une mutuelle s’avère utile pour être remboursé du forfait hospitalier, du supplément chambre seul et gérer la perte de revenus liées à l’arrêt de travail. Votre mutuelle Cocoon vous propose une garantie pour les travailleurs non-salariés pour vous permettre de vous rétablir sans vous inquiéter de vos finances.

 

Enfin, votre complémentaire santé peut prendre en charge les dépassements d’honoraires lors des consultations et de l’intervention. Selon les contrats, Cocoon garantit jusqu’à 300% du tarif de la Sécurité Sociale.

 

Après la chirurgie bariatrique et leur perte de poids, de nombreux patients restent gênés par leur silhouette. Dans les deux ans qui suivent, des opérations de chirurgie réparatrice sont souvent pratiquées afin d’enlever l’excès de peau sur les bras et le ventre notamment.