Le guide sur l’homéopathie et sa prise en charge

L’homéopathie est une médecine douce permettant de soigner une multitude de troubles. Mais aujourd’hui, ses effets sont controversés dans le monde médical au point d’affecter la prise en charge par la Sécurité Sociale. Dans cet article, découvrez ce qu’est l’homéopathie, son remboursement par l’Assurance Maladie, mais aussi et surtout, par votre complémentaire santé

 

cachet homéopathie

 

Qu’est-ce que l’homéopathie ?

 

La naissance de l’homéopathie et son fonctionnement

 

L’homéopathie a été créée en 1796 par Samuel Hahnemann, un praticien allemand. Mais ce n’est qu’en 1965 que cette médecine est officiellement reconnue en France. 

 

Le principe de l’homéopathie repose sur un célèbre adage : “Guérir le mal par le mal”. Ainsi,  le corps humain serait capable de se guérir par lui-même. C’est ce qu’on appelle le principe de similitude. Pour cette raison, les comprimés homéopathiques contiennent une micro dose des substances considérées comme nocives. L’objectif est alors que le corps soit stimulé pour s’auto-guérir. 

Au lieu de chercher la cause de la maladie, l’homéopathe va ainsi pousser l’organisme à se défendre contre les éventuels troubles. Cette médecine douce, reposant sur le traitement par les semblables, s’oppose à l’allopathie qui repose sur un traitement par les contraires. 

 

Par ailleurs, cette médecine holistique s’intéresse à l’individu de manière globale. Selon ces fondements, les pathologies et leurs symptômes sont dus à un certain déséquilibre de l’organisme. En prescrivant des médicaments homéopathiques, le praticien aide le patient à retrouver cet équilibre. Ainsi, l’organisme est traité en profondeur au-delà des seuls symptômes. 

 

Les différents principes de l’homéopathie

 

L’homéopathie repose sur 3 grands principes : 

  • La similitude : il reprend l’adage “ Similia similibus curentur “. Autrement dit, le semblable guérit le semblable. 
  • La loi de l’individuation : chaque individu réagit différemment en raison de sa constitution et de ses antécédents. Ainsi, les traitements homéopathiques varient d’un individu à un autre. Dans cette hypothèse, deux personnes présentant les mêmes troubles peuvent recevoir des traitements différents. Pour cette raison, la consultation homéopathique repose sur une phase d’observation et un interrogatoire. Le médecin doit alors connaître son patient et ses différentes réactions. 
  • La dilution infinitésimale : cela renvoie à la méthode de préparation. La substance toxique est diluée, ce qui a pour premier effet de lui faire perdre son principe actif. Mais en secouant la préparation plusieurs fois, il est possible de retrouver ce principe actif pour soigner le malade. Cette dilution est absolument primordiale pour retirer le caractère nuisible du traitement. 

À noter : la substance diluée peut être d’origine animale, végétale ou minérale. 

 

La consultation auprès du médecin

 

Aujourd’hui, l’homéopathie est prescrite par de nombreux généralistes en France. Ces derniers reçoivent alors une formation homéopathe pour pouvoir prescrire les micro doses adéquates. Au-delà des médecins généralistes, des pharmaciens, aides-soignants, naturopathes et autres professionnels du corps médical se spécialisent également dans l’homéopathie. 

Qu’ils soient généralistes ou spécialistes, tous les médecins sont habilités à prescrire des granulés homéopathiques. Ces derniers peuvent alors intervenir comme médicament unique ou pour compléter un traitement plus traditionnel, comme des antibiotiques. 

L’homéopathie ne figure pas parmi les médecines traditionnelles. À ce titre, elle n’est pas enseignée dans les cursus classiques. D’ailleurs, certains médecins contestent son efficacité, la comparant à un placebo. 

Ces contestations ne sont pas nouvelles puisque les remèdes homéopathiques sont discutés depuis le 18ème siècle. C’est ce qui explique notamment le changement de prise en charge par l’Assurance Maladie que nous verrons dans la suite de cet article. 

 

Chaque médecin homéopathe présente ses propres techniques de prescription. Ainsi, il est possible de trouver :

  • Des unicistes : il s’agit de prescrire un médicament unique pour plusieurs troubles.
  • Des pluralistes : dans ce cas, le médecin prescrit plusieurs médicaments ; un pour chaque pathologie.
  • Des complexistes : il s’agit de combiner plusieurs principes actifs pour que le patient n’ait à prendre qu’un seul médicament. 

 

Les produits homéopathiques

 

Ces médicaments peuvent être achetés en pharmacie avec ou sans ordonnance homéopathique.

Selon les troubles, les prescriptions homéopathiques ou vos préférences, ces médicaments prennent différentes formes, à savoir : 

  • granulés à placer sous la langue ;
  • gels ; 
  • pommades ; 
  • sirops ; 
  • gouttes. 

 

Comme tous les médicaments, les soins homéopathiques doivent recevoir une autorisation pour la mise sur le marché. En revanche, aucune étude approfondie n’est nécessaire pour évaluer leur efficacité. Il suffit de prouver que le traitement n’est pas dangereux pour la santé. 

 

Pourquoi utiliser l’homéopathie ?

 

Les traitements homéopathiques permettent de soigner une multitude de maux ; aussi bien des soins courants que des soins plus exceptionnels. 

 

Les rhumes

 

Pour soigner un rhume classique, il existe une multitude de traitements homéopathiques selon les symptômes ressentis. Par exemple : 

  • Nux vomica 5CH : c’est le traitement privilégié pour le nez bouché et les éternuements.
  • Cina maritima 5CH est préconisé pour les démangeaisons au niveau du nez.
  • Allium cepa 4CH permet de soigner le nez qui coule. 

 

Un traitement homéopathique existe également pour soigner le rhume des foins. Il s’agit alors de limiter le recours aux antibiotiques et d’éviter la fièvre.

 

La perte de poids 

 

Dans ce cas, l’homéopathie permet surtout d’agir sur les causes de la prise de poids. Par exemple : 

  • Ignatia Amara 7 CH permet de limiter le grignotage.
  • Crudum 9 CH réduit la sensation de faim. 

En adoptant les bons comportements, les individus perdent du poids plus facilement. 

 

À noter : Dans le cas d’une volonté de perte de poids, l’homéopathie sert d’automédication. C’est-à-dire, sans ordonnance. 

 

Le sommeil

 

L’homéopathie participe à une amélioration de la durée et de la qualité de sommeil. Cela permet d’aider les personnes souffrant d’insomnies fréquentes ou même ponctuelles. Par exemple :  

  • Coffea Cruda 9 CH réduit l’insomnie en cas de surexcitation. 
  • Stramonium 9 CH permet de calmer les personnes qui ont peur de dormir seules et peur du noir.
  • Arsenicum Album 9 CH réduit l’anxiété et l’hyperagitation cérébrale rendant l’endormissement plus difficile.
  • Antimonium Crudum 9 CH facilite la digestion afin que les excès alimentaires ne perturbent pas les nuits. 
  • Nux Vomica 9 CH permet de limiter les insomnies ponctuelles, notamment en cas d’excès d’alcool, de tabac, de café ou un pic de stress. 

 

La réduction des symptômes 

 

L’homéopathie permet de réduire les symptômes d’une multitude de troubles, parmi lesquels : 

  • les reflux gastro-œsophagien ;
  • la fibromyalgie ;
  • les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie ;
  • la diarrhée ;
  • les contractions intestinales post-opératoires ;
  • l’arthrose ;
  • la grippe ; 
  • l’asthme chronique ; 
  • les douleurs dentaires suite à une chirurgie ;
  • la ménopause ;
  • les syndromes prémenstruels ;
  • l’anxiété ; 
  • l’eczéma.

 

Attention, il ne s’agit pas de soigner définitivement ces différents troubles, mais bien d’en limiter les effets et de réduire la douleur. 

 

Quel est le prix de l’homéopathie ?

 

Le prix des médicaments homéopathiques varie en fonction du fabricant, du type de produit (comprimés, gouttes, pommades, …) et du trouble à soigner. 

De manière générale, les tarifs appliqués sont les suivants : 

  • Un tube de 80 comprimés : entre 2 et 3 €
  • Du gel : 5 €
  • 10 dosettes de type collyre : entre 3 et 6 € 
  • Du sirop : 10 €

 

Au-delà, du prix des médicaments en lui-même, l’homéopathie implique également de consulter un médecin généraliste (ou spécialiste). Dans ce cas, le tarif réglementé est de 25 €. Néanmoins, la plupart des praticiens appliquent des dépassements d’honoraires. 

 

Quelle prise en charge pour l’homéopathie ? 

 

Le régime obligatoire abaisse progressivement le niveau de remboursement des soins homéopathiques. À tel point que ces frais ne sont même plus remboursés par la Sécurité Sociale. Dans ce contexte, les assurés ont tout intérêt à souscrire leur propre contrat de mutuelle. 

 

Par l’Assurance Maladie 

 

Du fait du manque de véritable preuve scientifique quant à son efficacité, l’homéopathie a subi une diminution progressive du taux de remboursement de la Sécurité Sociale. À tel point, que depuis le 1er janvier 2021, les traitements homéopathiques ne bénéficient plus du remboursement par l’Assurance Maladie. 

 

Cette décision a été prise par l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, suite aux recommandations de la Haute Autorité de la Santé. Après une étude auprès de 1200 produits, la Haute Autorité a considéré que ces médicaments n’étaient pas suffisamment efficaces comparés à d’autres solutions. 

 

Malgré cette absence de prise en charge par le régime général, l’homéopathie continue à être distribuée en pharmacie avec ou sans ordonnance et conserve toujours son statut de médicament. 

D’ailleurs, près d’un Français sur deux consomme des traitements homéopathiques de manière régulière. 

 

Par ailleurs, il faut savoir qu’avant cette réforme, tous les médicaments homéopathiques n’étaient pas remboursés par la caisse d’Assurance Maladie. Deux catégories se distinguaient : 

  • Les médicaments à nom commun : l’homéopathie est remboursée à condition d’être prescrite par ordonnance médicale et de respecter les procédures d’enregistrement. 
  • Les médicaments à nom de marque : dans ce cas, les laboratoires fabricants n’ont jamais fait la demande de remboursement pour l’homéopathie.

 

Les patients souhaitant recourir à cette médecine alternative, pour soigner leurs maux ou réduire les symptômes des pathologies mentionnées précédemment, ont toujours la possibilité de faire appel à leur mutuelle complémentaire pour les remboursements de l’homéopathie. 

 

 

Par la mutuelle santé

 

Face à des patients de plus en plus nombreux à utiliser les granulés homéopathiques, les complémentaires santé ont tout intérêt à rembourser ce type de traitement.

Votre mutuelle ne prend pas en charge ces soins médicaux ? Heureusement pour vous, Cocoon vous accompagne pour un traitement homéopathique. 

 

Outre le remboursement des médicaments homéopathiques, les mutuelles santé permettent également d’obtenir une meilleure prise en charge de la consultation chez le médecin. En effet, de nombreux médecins pratiquent un dépassement d’honoraires, ce qui conduit à un restant à charge de la part du patient de plus en plus important. Une bonne mutuelle vous permet ainsi d’obtenir une meilleure base de remboursement pour vos frais médicaux de manière générale. 

 

Par exemple, changer d’assurance complémentaire peut vous permettre de réduire vos dépenses de santé, telles que les soins dentaires, les prothèses, les lentilles, l’orthodontie, l’hospitalisation, etc. Mais aussi d’autres avantages, comme la mise en place du tiers-payant, un remboursement des frais au-delà du tarif conventionnel, ou encore la prise en charge des autres médecines douces alternatives. 

 

Alors pour limiter les frais de santé, portez une attention particulière aux garanties couvertes par votre surcomplémentaire. Si elles sont insuffisantes, n’hésitez pas à réaliser un devis avec Cocoon ! Le changement de couverture santé est gratuit et sans condition pour que vous puissiez faire des économies simplement.