2,5 millions de Français n’ont toujours pas de mutuelle

3,6 % de la population n’a pas de complémentaire santé. Si ce chiffre est en baisse (3,6 % en 2019 contre 14 % en 1996), le nombre de personnes non assurées reste tout de même impressionnant. Et pour cause, la France compte 2,5 millions de personnes de plus 15 ans sans mutuelle. Alors pourquoi ces Français n’ont pas de mutuelle ? Et surtout, quelles en sont les conséquences ? Les réponses sont dans cet article. 

 

Pourquoi certains Français n’ont-ils toujours pas de mutuelle ? 

 

Aujourd’hui, il existe plusieurs dispositifs permettant aux Français d’être couverts par une complémentaire santé

  • La complémentaire santé solidaire : elle permet aux personnes touchant de faibles revenus de bénéficier d’une mutuelle gratuite ou à 1 € par jour. 
  • La complémentaire santé collective obligatoire : les salariés du secteur privé bénéficient automatiquement de la mutuelle de leur entreprise. 

 

Pour les personnes n’étant ni salariés ou dont les ressources sont trop élevées pour prétendre à la CSS, il est primordial de souscrire une mutuelle individuelle. Et force est de constater que ce n’est pas le cas pour 2,5 millions de Français. 

 

Une étude menée par l’IRDES a tenté de comprendre les raisons de cette absence de souscription. Voici les résultats de cette enquête : 

 

  • Le niveau de revenu : plus les foyers disposent de faibles ressources, moins ils sont couverts par une complémentaire santé. En effet, 10% de la population appartenant au 1er décile vit sans mutuelle (contre 2 % pour ceux appartenant au 10e décile). Parmi ces personnes, on retrouve principalement les demandeurs d’emploi et les retraités. 

 

  • Le sexe : les hommes sont souvent moins couverts que les femmes. Il y a en effet 4,3 % d’hommes sans couverture contre 3,1 % de femmes. Et cet écart s’accentue largement en cas de chômage ou de monoparentalité. 

 

  • Le secteur d’activité : les salariés du privé sont plus couverts que les salariés du public (1,5 % contre 2,5 %). Cela s’explique notamment par la mise en place de la loi ANI. 

 

Quelles sont les conséquences de l’absence de complémentaire santé ? 

 

Si le régime de la sécurité sociale permet aux Français d’être bien couverts en cas de maladie, il présente toutefois quelques insuffisances. Et pour cause, l’assurance maladie propose un pourcentage de remboursement basé sur le tarif conventionné. Or, c’est le même tarif pour toutes les villes. Mais force est de constater que les prix parisiens sont souvent loin des prix pratiqués par les médecins en campagne. Sans compter les dépassements d’honoraires qui ont lieu partout. 

 

Outre les différences entre les régions, le tarif conventionné est parfois non adapté aux prestations médicales. C’est particulièrement le cas en matière de soins dentaires et de soins optiques. 

Par exemple, pour un implant dentaire, la sécurité sociale assume une prise en charge à hauteur de 75,25 €. Mais dans la réalité, le prix de tels équipements avoisine plutôt les 1800 €. Idem pour les lunettes de vue. En fonction du verre, la sécurité sociale peut rembourser entre 3 et 10 € pour les plus de 18 ans. Mais là encore, les tarifs pratiqués dépassent presque toujours les 100 €. 

Du fait de ces faiblesses, de nombreuses personnes sans mutuelle renoncent tout simplement à se soigner. Il est donc primordial de trouver des solutions pour que chacun bénéficie d’une mutuelle adaptée à ses besoins de santé.