Le sport : Meilleure solution de prévention d’Alzheimer ?

Pratiquer un sport permet de préserver sa santé tout au long de la vie, mais son impact positif ne s’arrête pas là. Le sport semble aussi jouer un rôle bénéfique dans le ralentissement du déclin cognitif. En effet, de plus en plus d’études scientifiques montrent qu’il participe à la prévention d’Alzheimer et au bien-être des personnes qui en sont déjà atteintes.

 

Le sport : Meilleure solution de prévention d'Alzheimer ?

 

Le sport et la prévention d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est devenue un enjeu majeur de santé publique, dont l’ampleur ne cesse de grossir d’année en année compte tenu de la hausse constante de l’espérance de vie. Plusieurs recherches sont actuellement menées sur l’ensemble de la planète dans l’espoir de trouver un remède contre cette dégénérescence progressive, bien souvent irréversible.

En dehors des thérapies médicamenteuses qui doivent encore faire la preuve de leur efficacité, il existe heureusement des approches alternatives pour les seniors afin de prévenir ou d’amoindrir les effets de la maladie d’Alzheimer : demeurer socialement actif après le départ en retraite, et surtout maintenir une activité intellectuelle ainsi qu’une alimentation saine et équilibrée.

Des études récentes tendent également à montrer que pratiquer un sport à 50 ans et au-delà joue un rôle-clé sur le bien-être mental et les capacités cognitives de la population âgée..

 

Les résultats des études scientifiques

 

Si les scientifiques savent déjà que réaliser une activité sportive régulière a un effet protecteur sur le cerveau, son impact spécifique sur la maladie d’Alzheimer est toujours en cours d’analyse. Les études préliminaires réalisées ces dernières années montrent néanmoins que les sportifs ont beaucoup moins de risques de développer la maladie que les autres catégories de population.

En plus d’être bénéfique pour la prévention d’Alzheimer, il est également reconnu que le sport permet aux patients déjà atteints par la maladie de préserver leur motricité, leur équilibre et leur sens de l’orientation. L’activité physique participe en outre à la bonne humeur des patients, et facilite l’acceptation de la maladie et le suivi du traitement. Par conséquent, le sport tend non seulement à prévenir l’apparition de la maladie neurodégénérative chez les seniors, mais aussi à ralentir la progression de certains de ses effets les plus néfastes !

Les conclusions de ces études ne font pas encore tout à fait l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Cependant, d’autres recherches menées parallèlement ont d’ores et déjà prouvé que le sport et la mémoire sont étroitement liés l’un à l’autre : l’activité physique favorise la production de neurones et de connexions synaptiques dans le cerveau, ce qui a pour principale conséquence de booster les capacités cognitives des personnes de tous âges.

 

Pourquoi les seniors doivent s’y mettre

La maladie d’Alzheimer touche essentiellement les personnes de plus de 65 ans, et environ 15 % des personnes de plus de 80 ans en sont déjà atteintes. D’après les dernières estimations, 900 000 personnes souffrent de la maladie en France à ce jour, et leur nombre devrait augmenter dans de fortes proportions à l’avenir. Les spécialistes anticipent qu’au moins 1,5 million de Français seraient touchés en 2025 et que la barre des 3 millions pourrait être dépassée d’ici 2050.

Dès lors, il est fortement recommandé aux seniors de pratiquer une activité physique régulière si ce n’est pas déjà le cas, qu’ils soient atteints de la maladie d’Alzheimer ou non. D’autant que des exercices musculaires fréquents ont un autre avantage : ils permettent aussi à cette population de vivre plus longtemps, et surtout en meilleure santé.