Quelles différences entre les diabètes de type 1 et de type 2 ?

Le diabète touche un nombre grandissant de personnes dans le monde. Le fait que cette pathologie se déclare essentiellement après 50 ans conduit à faire des seniors une population à risque. Il existe toutefois une importante différence entre les diabètes de types 1 et 2, deux formes de cette affection qui n’ont pas les mêmes conséquences.

 

différence diabète 1 et 2

 

Diabète et facteurs de risques des seniors

Maladie métabolique, le diabète se caractérise par un taux de sucre (glucose) dans le sang anormalement élevé. L’accroissement du volume de sucre est dû au fait que le pancréas ne produit plus suffisamment d’insuline, une hormone essentielle dont le rôle est de réguler la glycémie. Cette affection est évolutive, car même chez les diabétiques dont le pancréas continue de sécréter l’indispensable hormone, cette production tend à se réduire progressivement.

Comme c’est le cas pour de nombreuses pathologiques, la santé physique des seniors est particulièrement sensible au diabète. Les conséquences de cette maladie sont à prendre plus au sérieux chez les personnes âgées, eu égard à leur plus grande fragilité et au fait que le diabète de type 2 se déclare généralement dans la seconde moitié de la vie. Les seniors sont donc les plus touchés : on estime la moyenne d’âge des diabétiques français à 65 ans.

 

La différence entre diabètes de types 1 et 2

La différence entre diabètes de types 1 et 2 est importante, car les conséquences de cette pathologie sont bien plus handicapantes au quotidien dans un cas que dans l’autre.

Le diabète de type 1 est aussi appelé « diabète insulinodépendant ». Le pancréas produit trop peu d’insuline, voire pas du tout. Il est alors indispensable de s’injecter l’hormone au quotidien. Cette forme de diabète se manifeste généralement dès le jeune âge, et concerne entre 5 et 10 % de tous les diabétiques.

Le diabète de type 2 est aussi appelé « diabète non insulinodépendant ». Le pancréas continue de faire son travail, mais il montre des signes de fatigue et ne produit plus l’insuline en quantité suffisante pour éliminer efficacement le sucre. La sédentarité et la surcharge pondérale sont en cause la plupart du temps. Elle concerne 85 à 90 % des diabétiques et survient plutôt après 50 ans.
La principale différence entre diabètes de types 1 et 2 réside donc dans la capacité du pancréas à sécréter l’insuline. Mais même s’il ne s’accompagne pas d’un besoin quotidien de cette hormone, le diabète de type 2 reste une pathologie grave, à ne pas négliger.

 

Les pathologies associées

Plus fragile, le senior diabétique tend à souffrir de pathologiques multiples associées au manque d’insuline, et notamment de problèmes cardiaques, le trio diabète, maladie du cœur et cholestérol n’étant malheureusement que trop commun. Des maladies de la vision peuvent également faire leur apparition, ainsi que des problèmes d’audition. Aussi, il faut noter que le diabète affaiblit l’organisme, et peut conduire au développement de maladies de l’appareil digestif, de problèmes ostéo-articulaires ou de maladies des poumons. Enfin, les troubles d’incontinence des seniors, les cancers des seniors et les problèmes liés à la dénutrition des personnes âgées tendent à être aggravés par le diabète.

 

L’importance du dépistage

On estime à environ 600 000 le nombre de personnes qui, en France, seraient diabétiques sans le savoir. Peu importe la différence entre diabètes de types 1 et 2 : cette pathologie, sous ses deux formes, reste la 4e cause d’hospitalisation et de mortalité. Il est donc essentiel de se faire dépister, surtout au sein de la population à risque des seniors. Et d’autant plus que les symptômes du diabète se confondent trop souvent avec les manifestations classiques du vieillissement.